Harmonia ou l’invitation à la table de l’empereur de Chine par la maison Raynaud

Ce décor très naturaliste et emblématique de l’âge d’or chinois, destiné à la cour impériale est aujourd’hui superbement réinterprété par la Maison Raynaud.

L’origine de cette collection remonte au XVIIIe siècle, époque à laquelle il fût réalisé sous le règne prolifique de l’Empereur Qianlong, 4e du nom de la dynastie des Qing d’origine Mandchoue, qui était un monarque érudit, poète et peintre calligraphe accompli.

Il est constitué de trois abondances, les fruits de grenades éclatés dont les grains évoquent le souhait d’une descendance féconde, les fleurs de grenade appelées aussi « fleurs d’éternité » et le citron « digité » communément appelé « main de Bouddha » dont le nom chinois « fo-shou », par homonymie, fait allusion au bonheur (fu) et à la longévité (shou).

Ses couleurs subtiles, poudrées et polychromes, où dominent les nuances de roses appelées également « pourpre de Cassius » sont réalisées à base d’émaux cuits sur couverte qui étaient propres aux décors de la « famille rose » et élaborées dans la manufacture impériale de Jingdezhen. Elles étaient largement inspirées par les émaux peints sur métal de Limoges qui fascinaient tant l’empereur.

Ce décor, représentatif de la très grande richesse de la porcelaine de cette époque, est exposé au Musée national des Arts asiatiques – Guimet qui a accueilli avec enthousiasme ce projet porté de réédition par la Maison Raynaud.

En savoir plus sur la Maison Raynaud
Photos : © Francis Amiand / Stylisme : Christele Ageorges


Galerie


Laisser un commentaire