Résidence Garnier, une rénovation atypique d’un duplex à Montréal par Dupont Blouin architectes

S’inspirant du style « Mid-Century », la résidence Garnier est une rénovation atypique où la beauté des matériaux est au service d’espaces singuliers qui re-dessinent les frontières entre le privé et le public. Pensé pour un couple qui aime recevoir, elle fait la part belle aux espaces de réception.

La façade bigarrée et un peu démodée de ce duplex du Plateau Mont-Royal à Montréal ne pouvant être modifiée dû à son statut patrimonial dicté par l’arrondissement, les architectes ont établi leur terrain de jeu à l’arrière du bâtiment, transcendant la contrainte d’un garage double dont l’imposante présence a dicté le programme.

Les architectes ont fait le choix audacieux de placer les espaces de repos au premier étage, dans l’ombre du garage de la cour arrière, tandis que les espaces de vie situés au dernier étage profitent d’un maximum de lumière. La structure du plancher a été renforcée afin d’offrir une insonorisation à toute épreuve et garantir la quiétude dans les chambres lorsque les espaces de vie s’animent au-dessus.

La réglementation prévoyant d’avoir au moins deux logements, la rénovation des trois niveaux comprend également un studio indépendant au sous-sol. Il a été pensé en cohérence avec les aires de circulation du duplex de manière à pouvoir s’intégrer au reste du bâtiment dans une optique à long terme.

Malgré la place prise par le volume abritant le stationnement, les architectes ont veillé à créer des espaces extérieurs riches et accueillants. Le blanc sur les briques des façades donne le ton en apportant plus de clarté à la cour arrière. De la chambre principale, on accède à une courette lumineuse et ludique dont la murale du jeune artiste Marc-Olivier Lamothe s’agence aux couleurs du terrazzo qui occupe une place de choix dans le design intérieur de la maison. Le toit du garage accueille la terrasse principale, accessible par le dernier niveau de la résidence où se situent les espaces de vie. On passe d’un verre au bar sur le comptoir de la cuisine à un barbecue sur la terrasse dans la chaleur d’une nuit montréalaise, à la lueur de guirlandes lumineuses.

La résidence Garnier a la caractéristique inusitée d’être accessible par six entrées, dont trois vestibules. Les clients souhaitaient conserver une multitude d’accès sur les trois niveaux afin d’avoir des entrées officielles pour les invités et d’autres plus privées pour eux. Ce dédale d’entrées crée une certaine complexité dans le programme et participe au traitement singulier du résidentiel.

Souhaitant que les aires de vie communes soient traitées comme un restaurant-bar-lounge, les architectes ont joué avec les codes du résidentiel et élaboré un plan qui regroupe les fonctions afin de mieux les dissimuler. Un bloc central, véritable monolithe en noyer, perce tous les étages et regroupe la salle mécanique, les vestiaires, les escaliers, les salles de bain et une partie du mobilier intégré de la cuisine. Ce module architectural mystérieux et imposant définit l’espace tout en contribuant à l’ambiance feutrée et un peu secrète de la maison.

Dans la cage d’escalier, des ouvertures en verre texturé laissent passer la lumière, mais voilent la vue, participant au caractère légèrement intrigant du lieu. Un puits de lumière surplombe cette aire de circulation et crée un axe lumineux vertical dans la résidence. Lorsque les rayons du soleil viennent percer la matière, un jeu de lumière se dessine sur le sol de granit et de pierres naturelles. Dans la salle d’eau, le verre fumé, la robinetterie en cuivre, le lavabo sur pied italien et la céramique rose qui rappelle le cuir capitonné contribuent au caractère chic du lieu.

L’espace cuisine intègre un comptoir aux courbes élégantes surplombé d’une structure suspendue qui épouse la forme du U. Tout ce qui a trait au domestique est dissimulé dans le mobilier intégré. De jour, cet espace festif baigne dans la lumière naturelle grâce à son puits de lumière au-dessus de la cuisine et ses grandes baies vitrées qui donnent sur la ruelle. La nuit, les rideaux se tirent et l’espace revêt l’apparence d’un bar caché de Montréal.

Les dalles de terrazzo Murano colorées sont sans conteste le socle sur lequel repose le projet. Habillant tous les planchers, elles apportent un caractère joyeux et lumineux à l’espace, ainsi qu’une présence et une couleur unique à la résidence. Les différentes teintes de pierres qui le composent ont permis de construire la palette de couleurs du projet et d’agencer les différents matériaux afin de magnifier chaque élément, des plinthes en cuivre aux parois en noyer. Dans la salle de bain de la chambre des maîtres, le comptoir en marbre Verde Saint-Denis, les lavabos vert émeraude et les murs en feutre s’harmonisent avec ce terrazzo raffiné. Jonglant avec une richesse de matériaux nobles et pleins de caractère, les architectes composent des intérieurs élégants et harmonieux.

La matérialité a guidé le projet, autant à travers la couleur des matériaux qu’à travers leur format. Ainsi, les panneaux muraux créent une trame, qui accompagne la bibliothèque sur mesure conçue par les architectes, et ils rythment les modules intégrés. Comme dans tous les projets de la firme, une attention particulière a été portée au niveau des alignements.

En savoir plus sur Dupont Blouin architectes
Photos : © Olivier Blouin

source : communiqué de presse v2com


Galerie


Laisser un commentaire