Residence G, réhabilitation et extension d’une vieille bâtisse dans les Hauts-de-France par Coldefy

La résidence G signe un manifeste pour la création d’une vie à la campagne en harmonie avec son milieu. Son point de départ est le corps de ferme du 19e siècle, bâtisse en forme de U autour d’une cour, posée au milieu d’un fantastique écrin de nature ceinturé d’une lisière forestière.

La réhabilitation et l’extension de cette bâtisse s’applique à mettre en valeur le bâtiment ancien et la préservation de la nature environnante.

Un nouvel espace d’entrée a été dessiné. Il permet de refermer la cour afin de créer un patio autour duquel s’articulent les pièces de la maison. Une première extension est créée côté sud dans le prolongement de la ferme existante afin de profiter au maximum des apports solaires. La deuxième extension permet de séparer l’espace d’entrée de la maison de l’espace privé qui, lui, est doté d’une piscine et est tourné vers un golf.

Le langage formel de la ferme est réinterprété pour les extensions, elles s’intègrent à l’environnement par le biais des matériaux utilisés. Ainsi, l’extension côté sud s’accroche naturellement à la ferme existante. L’autre reprend le gabarit de la première et s’accroche à la bâtisse par un couloir vitré. La façade identitaire de la ferme, côté golf, est préservée, les autres sont légèrement adaptées afin d’offrir des interactions entre pièces intérieures et extérieur, de grandes lucarnes sont créées. Ainsi, chaque escalier menant à l’étage propose des tableaux ouverts sur la forêt, le golf ou le jardin.

Le corps de ferme principal a subi très peu de changements. Le soubassement noir et la brique peinte en blanc sont préservés. En toiture, les tuiles abîmées sont remplacées par des tuiles flamandes similaires afin de préserver le caractère authentique de la bâtisse. Les fenêtres sont équipées d’un double vitrage avec une menuiserie en aluminium noir. Ces grandes lucarnes sont traitées en acier de la même teinte que les menuiseries. Les extensions créées sont, quant à elles, en ossature bois recouverte d’un bardage extérieur bois brûlé, le car port est habillé de bois ajouré.

Avant l’intervention de Coldefy, le corps de ferme proposait des espaces étroits, bas de plafond et de petites fenêtres, ce qui donnait une impression d’un lieu étriqué et peu ouvert sur l’extérieur. Une extension dédiée aux éléments techniques et de conforts, nécessaires au fonctionnement de la maison (chauffe-eau, tableau électrique, buanderie, cellier et garage) était exposée plein sud et ne permettait pas à une famille de profiter de pièces de vie lumineuses et des apports solaires et énergétiques. Elle était constituée de parpaings et de tôles métalliques, sans cohérence et harmonie avec le corps de ferme principal. Par ailleurs, son état était dégradé et perméable : la végétation pénétrait à l’intérieur, la moisissure avait gagné plusieurs endroits.

Coldefy a défini plusieurs zones autour de la maison :
– Une séquence d’entrée composée d’une allée d’arbres et de plaines engazonnées. Elle fait la transition entre le quartier urbanisé et la ferme, isolée dans son écrin de verdure et présente une vue généreuse sur le verger, au nord-est de la parcelle.
– Un espace boisé très agréable qui participe au paysage global et crée une continuité entre le golf et le terrain de la ferme.
– Un jardin familial, lieu idéal pour accueillir les activités familiales et profiter d’une large vue sur le golf.
– Un patio, petit écrin qui accueille tout individu arrivant à la ferme. Chacune des pièces composant le U de la ferme bénéficie d’une vue sur le patio, cet espace se vit essentiellement de l’intérieur.

Le corps de ferme principal a subi un minimum de changement. Le soubassement noir et la brique peinte en blanc sont préservés. En toiture, les tuiles abîmées par le temps ont été remplacées par une tuile flamande type vielle panne de teinte similaire afin de préserver le caractère authentique de la ferme. Les fenêtres qui ne sont encore qu’en simple vitrage sont remplacées par un double vitrage avec menuiserie aluminium noir. Les grandes ouvertures créées en façade existante sont dotées d’un linteau fer qui est peint en blanc. Enfin les grandes lucarnes créées au niveau des escaliers sont traitées en acier de la même teinte que les menuiseries. Les descentes d’eau pluviale visibles sont traitées en zinc.

Les extensions créées sont en ossature bois recouverte d’un bardage extérieur bois brûlé. Une attention particulière est accordée au choix de ce bois afin qu’il respecte les teintes souhaitées mais aussi afin qu’il ait une bonne tenue dans le temps. Le car port situé dans le prolongement de l’extension est traité en bois ajouré afin de créer un ensemble plus léger. L’ensemble des menuiseries sont en aluminium. Les lucarnes sont traitées en acier de la même façon que celles créées dans l’existant. L’ensemble des descentes d’eau de pluie seront visibles mais intégrées au calepinage de la façade, traitées en zinc noir.

Les aménagements paysagers ont été traités par le paysagiste Thomas Leplat. La priorité était de préserver la continuité paysagère entre le golf et la parcelle de la ferme. L’ensemble des clôtures sont modifiées, elles sont simples en vue de s’intégrer parfaitement avec l’environnement. La grande allée d’entrée est composée de deux bandes pavées et d’une bande engazonnée au centre. L’espace d’entrée devant la maison mixe pavés, bande béton et végétation de fleurs et graminées. Le caractère déjà très naturel de l’espace boisé est préservé. Une promenade en gravillon y est aménagée entre les arbres afin d’avoir plusieurs points de vue sur le golf et la maison. Une attention particulière est apportée à l’aménagement paysager de la terrasse et du patio. L’aménagement de la terrasse et de la piscine reste discret depuis le golf. Les terrasses sont en pavés et la piscine est bordée d’une bande béton.

En savoir plus sur Coldefy
Photos : © Julien Lanoo

source : communiqué de presse v2com


Galerie


Laisser un commentaire