Résidence de l’Isle, revisiter l’architecture domestique des années 50 par Chevalier Morales

Conçue pour un couple et leurs deux enfants, la Résidence de l’Isle est une ré-interprétation des maisons américaines modernes du milieu du 20e siècle. Cette maison construite en bord de rivière, dans la banlieue de Montréal, est le résultat d’une conversation architecturale avec les projets et le travail des architectes de cette époque.

Dissimulée derrière une rangée de grands pins matures, son implantation permet à la végétation arbustive existante de faire partie intégrante du projet tout en optimisant les vues sur l’eau.

Afin de revisiter de façon contemporaine quelques-uns des éléments clés du modernisme, la topographie du plancher et des plafonds, le mobilier intégré en bois et les revêtements en maçonnerie sont retravaillés. Le garage, reflet d’une époque où banlieue et automobile rimaient avec progrès et enthousiasme, est directement intégré dans la maison qui forme un carré parfait. La question de l’intimité et des ouvertures, cruciales dans les années 50, permet de créer, deux cours intérieures rectangulaires. Elles s’insèrent dans le volume afin d’amener de la lumière naturelle en plein cœur de la résidence, mais aussi d’incorporer la terrasse arrière et la piscine. Ces espaces extérieurs extrudés de la masse initiale servent également à définir et à structurer la géométrie de l’espace intérieur.

L’implantation en retrait de la résidence permet de reprendre les alignements qui préexistaient sur le site et de conserver autant d’arbres que possible. À l’avant, intégrés au cœur de la première cour aménagée donnant accès aux voitures, des conifères ont été plantés au centre de celle-ci. La répartition programmatique des espaces intérieurs prend en considération la relation avec la rue, la relation avec la rivière, l’orientation solaire et les besoins spécifiques des habitants. Aussi, l’espace du salon a été surbaissé de quelques marches et un édicule de verre a été installé sur la toiture. Pensée au départ comme une maison de plain-pied, cette dernière propose une variété d’expériences spatiales.

Les axes mitoyens nord-sud sont privilégiés pour les espaces plus intimes où le besoin de fermeture se fait plus grand, tandis que les espaces de vie se déploient le long de la rivière créant un lien quotidien fort avec le paysage avoisinant. Le positionnement du garage permet de minimiser la présence de la résidence sur la rue, tout en créant un axe clair qui marque l’entrée principale. Cet axe d’entrée s’inscrit dans le même que celui du chemin d’accès existant, atténuant ainsi l’impact sur le site et son paysage. Une végétation abondante assure l’intimité pour les résidents tout en offrant un contexte végétal et naturel pour le voisinage.

Une palette de matériaux agencée à la couleur de l’écorce des arbres permet d’intégrer davantage la nouvelle construction en ton sur ton avec son environnement. Les matériaux privilégiés sont des matériaux naturels dont la brique d’argile de format allongé (mur), le bois (soffite) et la pierre (revêtement de sol). Quelques accents en laiton viennent s’ajouter au projet ainsi qu’un revêtement métallique. En façade avant, une grande baie vitrée crée une percée visuelle transversale jusqu’à la rivière. Une telle percée visuelle morcelle l’ensemble et accentue l’effet pavillonnaire de la construction.

L’espace en mezzanine permet aux résidents de bénéficier d’une vue supplémentaire sur la rivière tout en ponctuant la volumétrie de l’ensemble et brisant l’horizontalité de la résidence. Certaines zones de la toiture sont recouvertes d’une membrane à granules blanches et d’autres sont végétalisées, offrant un environnement vert et tempéré à l’étage. La conception de l’ensemble privilégie les principes de développement durable avec un système de chauffage et de ventilation par géothermie.

En savoir plus sur Chevalier Morales
Photos : © Adrien Williams

source : communiqué de presse v2com


Galerie


Laisser un commentaire